KumbonyekiSlide

DONKELAÂ SÎIRA
Le sillon des danseurs


Vincent Mantsoe,
Gula
1993- durée 10 min
Création multi-primée à sa création, Gula est un solo d'une grande délicatesse déployée en partie sur des sifflements live imitant des chants d'oiseau. Considérée comme une des plus importances pièces du répertoire de Vincent Mantsoe, elle est aujourd’hui reprise par le danseur sud-africain Phumlani Nyanga, issu du Vuyani Dance Theatre dirigé par Gregory Maqoma. À noter que Gula fut crée il y a 14 ans en Afrique du Sud avec Moving into Dance Mophatong. Gregory Maqoma, lui-même, avait dansé Gula Matari de Vincent Mantsoe, pièce de groupe inspirée du solo présenté à la Biennale.

The award-winning Gula is a delicate solo featuring in part the imitation of bird calls. Considered one of the most important pieces in Vincent Mantsoe’s repertoire, here it is performed by the South African dancer Phumlani Nyaga of Vuyani Dance Theatre under the direction of Gregory Maqoma.

En savoir + 
Vincent Mantsoe

Chorégraphie Vincent Sekwati Koko Mantsoe
Reprise par Phumlani Nyanga
Musique Gabrielle Roth
Costumes Vincent Sekwati Koko Mantsoe
Photo John Hogg

Avec le soutien de l’Institut Français dans le cadre du programme « Danse l’Afrique danse ! » et le partenariat officiel de Total.


Frise1BienVisuel1

Venez visiter la Briqueterie ! Avant la représentation, une visite guidée et gratuite est organisée de 18h à 19h. 
En savoir +

Autour des spectacles

Samedi 18 mars à 16 h - Morsang-sur-Orge
Retrouvez Gula lors du colloque dansé "Danse contemporaine : questions d'Afrique"
dans le cadre du festival Rencontres Essonne Danse 2017

Frise2BienVisuel2


logo-Envie-de-lire Retrouvez le stand de la librairie SCOP Envie de Lire qui vous propose sa sélection !






Lundi 20 mars 2017
Théâtre Jean-Vilar -  Vitry-sur-Seine
à 20h30 - durée 1h

Jeannot Kumbonyeki,
Le Kombi

2015 - durée 20 min
Comment faire un parallèle entre les réalités quotidiennes du Congo et le kombi, ce moyen de transport collectif, inconfortable et cahotant du Kinois où il passe de longues heures, chaque matin et chaque soir, serré, coincé, courbaturé et en sueur ? On surveille ses poches à cause des voleurs, on échange, on plaisante, on commente la politique, la vie trop chère ou la jupe trop serrée de la fille qui vient de sortir, on avance tant bien que mal, comme ou en dépit du pays... Jeannot Kumbonyeki, danseur virtuose remarqué dans le Kinshasa Electric d’Ula Sickles et dans les pièces de Faustin Linyekula, présente dans le cadre de la Biennale son premier solo.

Presenting his first solo, Jeannot Kumbonyeki explores how the parallels between daily life in Congo and the collective transportation known as kombi, an uncomfortable and bumpy mode of transport where Kinshasans spend long hours each morning and evening. Within it, people exchange, joke, discuss politics, and continue to move forward for better or worse, just like, or in spite of, the nation.

Direction, interprétation et vidéo Jeannot Kumbonyeki
Création lumière Jean-Pierre Legout
Regard extérieur Faustin Linyekula
Photo Oscar OE Ryan

Production Studios Kabako- Virginie Dupray
Coproduction Institut Français / Danse l'Afrique danse avec le soutien de la Fondation Total.
Avec le soutien de l’Institut Français dans le cadre du programme « Danse l’Afrique danse ! » et le partenariat officiel de Total.

 

Frise5BienVisuel3

BILLETTERIE - 01 46 86 70 70
  reservation@alabriqueterie.com

TPassBrique 9€ - TPlein 12€ - TRéduit 9€ - T-12 ans 6€
[TR : voisin, étudiant, demandeur d’emploi, intermittent, retraité, pers. à mobilité réduite, abonné des théâtres partenaires de la Biennale]

PROFITEZ DU PASSBRIQUE
Le PassBrique donne accès à des tarifs inférieurs de 25% à 70% au tarif plein et jusqu’à 50% au tarif réduit, pour l’ensemble des spectacles de la Biennale.
Nominatif, le PassBrique est vendu 10€ à la billetterie de la Briqueterie.

Frise7BienVisuel3

NoelColonne2

Kettly Noël,
Ti Chèlbé

2002 - 30 min
Ti Chèlbè - dont le titre en créole fait référence au mâle macho - conte l'errance d'une femme. Dans ce duo, le danseur représente à la fois l'homme et le système dominant. Huis clos circonscrit par une palissade de tôles ondulées, corps à corps écartelé entre pulsion et répulsion, violence et soif effrénée d'amour. Solitude, jeu de séduction, violence des relations, abandon, revanche féminine… autant de thèmes qui font de cette pièce narrative une métaphore de la très contemporaine guerre des sexes. Résolument contemporain, le langage chorégraphique forgé par Kettly Noël échappe à tout formatage. Kettly Noël intègre des éléments du vaudou, avec lequel elle a frayé dès son enfance en Haïti. Souvenons-nous qu’elle est l'actrice principale du film TIMBUKTU de Abderrahmane Sissako.Lauréate du programme Visas pour la création 2014, la chorégraphe malgache a développé, au fil de ses résidences, un solo autour du déséquilibre psychique que peuvent rencontrer les artistes au cours de leur carrière. Métamorphose est un voyage, celui d’un double déséquilibre physique autant que psychique ; une crise incontrôlable, calme puis tempête.

Ti Chèlbè, a Creole title in reference to the male macho, recounts a woman’s wanderings. In this narrative duo, the male dancer represents the dominant system, as part of a metaphor for the contemporary war of the sexes. Resolutely contemporary, Kettly Noël’s choreographic language also integrates elements of Vaudou, an association resulting from her childhood spent in Haiti.

Chorégraphie et mise en scène Kettly Noël
Interprètes Oumaïma Manaï et Ibrahima Camara
Musique Patrick et Louise Marty
Lumière Cyril Monteil
Directeur technique Samuel Dosière
Photo Antoine Tempé
 
Avec le soutien
de l’Institut Français dans le cadre du programme « Danse l’Afrique danse ! » et le partenariat officiel de Total.