Le travail du comité de rédaction est une composante importante de l'identité de Repères, cahier de danse. Le comité impulse la réflexion sur les thèmes abordés et dialogue avec les auteurs sollicités pour chaque numéro : qu'ils soient universitaires, journalistes ou que l'écriture soit une activité peu fréquente pour eux, leur texte est relu et discuté au fil de plusieurs « aller-retour » entre l'auteur et le comité.

Repères, cahier de danse est actuellement l'un des seuls espaces francophones proposant ce type de travail en commun sur les textes en danse.


Les membres du comité de rédaction sont :

Daniel Favier
directeur de la publication

Marisa Hayes
rédactrice en chef

Le comité de rédaction est renouvelé en fonction du thème du numéro.
Le numéro 37 sera un numéro double, il est conçu avec : Stéphanie Airaud, Elisabetta Bisaro, Anne Creissels et Stéphanie Herfeld.

 

Stéphanie Airaud est responsable des publics et de l'action culturelle au MAC VAL. Elle développe notamment des actions pluridisciplinaires interrogeant les formats pris par l'écrit, la parole, le geste et les formes plurielles de la participation dans les processus de médiation de l'art contemporain. Elle a dirigé les colloques-événements  “Date Limite de Conservation” (mai 2009) et “Du Dire au Faire” (décembre 2011), “Participa(c)tion” (décembre 2013) et « Bis repetitat placent » (avril 2016) au MAC VAL. Elle a notamment mis en œuvre les projets artistiques de co-création de Marie Preston (2013-2015) « Commérages » et de Nicolas Floc’h « Le Grand Troc » (2014-2015). Elle fut commissaire invitée du festival Performance de Millefeuilles, Nantes (mai 2015) et de l’édition 2016 d’Ars Sequana (La Forme –Le Havre)

Elisabetta Bisaro est chargée des relations européennes et internationales à la Briqueterie-Centre de Développement Chorégraphique du Val-de- Marne depuis Septembre 2013. Dans ce cadre, elle pilote le projet européen «  Dancing Museums  ».

Anne Creissels est agrégée d’arts plastiques et docteure de l’EHESS (Ecole des hautes études en sciences sociales) en histoire et théorie des arts, elle est maître de conférences en arts plastiques à l’université de Lille 3. Ses recherches, à la fois théoriques et artistiques, portent sur la survivance de mythes dans l'art contemporain et la mémoire inconsciente des images ; les représentations et constructions identitaires en jeu dans l'art ; le geste dansé dans sa dimension performative et son lien aux arts visuels. Elle coordonne, depuis 2010, un séminaire sur le geste à l’INHA (Institut national d’histoire de l’art). Au sein de la compagnie a + b objet danse et du Laboratoire de la contre-performance, elle développe, avec le soutien de la Ménagerie de verre, un travail artistique à la frontière des arts plastiques et des arts vivants avec des formes performatives et scéniques utilisant la théorie comme matériau présentées notamment au Musée de la chasse et de la nature, au Musée Picasso, à la Fondation d’entreprise Ricard et au Point Ephémère. Elle a écrit un essai sur l’art, Prêter son corps au mythe, le féminin et l’art contemporain (Le Félin, 2009) et prépare actuellement un autre ouvrage, Le geste emprunté : contraintes, artifices et métamorphoses du mythe entre arts visuels, danse et performance.

Stéphanie Herfeld est chercheuse indépendante et vidéaste. Diplômée de Central Saint Martins et de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, elle poursuit actuellement une formation en philosophie à l’université de Paris Ouest Nanterre. Ses recherches portent sur les mouvements des images et sur les images mouvantes qui impliquent le corps dansant ou qui mettent en œuvre des stratégies chorégraphiques.