Le danseur et l'émotion

Ce numéro est épuisé.
Il n'est plus vendu à l'unité mais est accessible dans l'étui n°2 (qui regroupe les numéros 16 à 20, au prix de 20€.) ainsi que sur Cairn.

 

Est-il naïf aujourd’hui, voire déplacé, de revendiquer la capacité de la danse à exprimer, créer et transmettre des émotions ?

Pour aborder cette question, nous avons rencontré des danseurs, et parlé avec eux de pièces d’esthétiques contrastées : Giselle de Coralli et Perrot (version de l’Opéra de Paris), L’après-midi d’un faune de Nijinski remonté par Dominique Brun, May B de Maguy Marin et Jérôme Bel de Jérôme Bel.

Nous avons demandé aux danseurs comment ils envisageaient les émotions dans leur travail d’interprète sur ces œuvres.

 

Sommaire :

- Transmettre des motivations,
entretien avec Ghislaine Thesmar autour de Giselle

- Autour de Giselle, une poétique de l’interprétation
sur la base d’entretiens avec Aurélie Dupont, Agnès Letestu, Clairemarie Osta et Laëtitia Pujol

- L’expression des émotions, cadre idéologique des arts scéniques occidentaux
entretien avec Rafael Mandressi et Juan Ignacio Vallejos

- Le danseur des passions selon Noverre
par Juan Ignacio Vallejos

- Laisser parler les signes
entretien avec Sophie Gérard autour de L’après-midi d’un faune

- Traverser
par Julie Salgues, autour de L’après-midi d’un faune

- Composer des affects en danse
entretien avec Claudia Gabler et Isabelle Launay

- Le risque de l’émotion
entretien avec Ulises Alvarez autour de May B

- Ça n’en finit pas ?
par Frédéric Pouillaude, autour de May B

- Un état d’innocence
entretien avec Claire Haenni et Frédéric Seguette autour de Jérôme Bel