Après Transe en 2013 et Näss (Les gens) en 2018 présenté lors de la 20e Biennale, Fouad Boussouf clôt avec Oüm une trilogie consacrée au monde arabe. En effet, les grands bouleversements depuis plusieurs décennies dans cette région viennent résonner avec les souvenirs personnels du chorégraphe, teintés de musiques et de danses traditionnelles. Il continue ainsi sa recherche sur une danse physique, tribale, où les corps sont poussés jusqu’à l’épuisement, à la manière de la transe répétitive, méditative, objet récurrent de son travail.

D’Ahmed Rami, à Omar Khayyam en passant par Oum Kalthoum
« Avec cette création, je fais le souhait de créer un rendez-vous poétique où communient les différents interprètes et de faire revivre une période où la danse, la musique et la poésie faisaient partie du paysage culturel des grandes capitales arabes. » Fouad Boussouf