2014 - Portugal/Cabo Verde

Comment faire danser les statues ? Marlene Monteiro Freitas relève le défi dans De marfim e carne. Quatre personnages interprètent l’immobilité de ces figures emprisonnées, enfermées et pourtant source d’imagination. Chaque déplacement, chaque geste est réalisé avec une précision aigüe, presque obsessionnelle. Mouvement et musique se répondent en un dialogue tendu et entendu, comme lors d’un bal où chacun connaît par cœur les pas et les accords. 

Trois musiciens accompagnent sur scène cette danse envoûtante. À la fois source d’animation et éléments de l’espace scénique, ils font partie intégrante de la scénographie presque vivante de cette création singulière. Marlene Monteiro Freitas s’inspire de ce mythe et propose une chorégraphie d’une forte intensité émotionnelle dans laquelle les statues s’animent et les gestes se chargent de sens et de réminiscence.

Marlene Monteiro Freitas est née au Cap Vert où elle a co-fondé la troupe de danse Compass et a collaboré avec le musicien Vasco Martins. Après des études de danse à P.A.R.T.S. (Bruxelles), à E.S.D. et à la Fundação Calouste Gulbenkian (Lisbonne), elle a développé un projet de danse à Cova da Moura (Lisbonne), autour de l’idée « on n’aura pas de cours de danse, on va plutôt répéter ». Elle travaille régulièrement avec, entre autres, Emmanuelle Huynh, Loic Touzé, Tânia Carvalho, Boris Charmatz. Elle a créé une dizaine d’œuvres dont le dénominateur commun est l’ouverture, l’impureté et l’intensité. Elle appartient au collectif Bomba Suicida, basé à Lisbonne.

Un spectacle en coréalisation avec le Théâtre Paul Éluard de Choisy le Roi, direction Cécile Marie

Avec le soutien de ACCCA - Companhia Clara Andermatt.
Remerciements Staresgrime (PT), Dr. Ephraim Nold