1ère en France - Pays-Bas

« Demande à quelqu’un de sauter et tu verras son vrai visage » a dit le photographe américain Philippe Halsman. Quel est le vrai visage de la danse par ces temps incertains ?  Que voulons-nous montrer ? Que voulons-nous voir ?

 Huit danseurs se livrant à un geste unique ; le saut. Un mouvement répétitif et épuisant qui met en évidence le fait que le danseur n’est qu’un performeur exécutif, au service... au service de quoi en fait ! Après plusieurs solos engageants et dérangeants sur la beauté du corps dans son imperfection, Jan Martens crée autre chose, une pièce critique traitant la frontière ténue entre l’art et le divertissement.

Jan Martens (Belgique, 1984), a d’abord étudié à la Fontys Dansacademie à Tilburg et a achevé ses études en 2006 au département de danse du Conservatoire royal Artesis à Anvers. Il s’est produit en tant que performeur avec, entre autres, Koen De Preter, United-C, Mor Shani en Ann Van den Broek. En 2009, il a commencé à créer ses propres chorégraphies.
Sa première grande création était I CAN RIDE A HORSE WHILST JUGGLING SO MARRY ME (United-C, 2010), une oeuvre qui brossait le portrait d’une génération de jeunes femmes dans une société dominée par les réseaux sociaux. A partir de 2011, ses spectacles sont produits par Frascati. Il a réalisé TO LOVE DUETS en 2011, deux oeuvres qui examinent les clichés autour des relations entre hommes et femmes : A SMALL GUIDE ON HOW TO TREAT YOUR COMPANION et SWEAT BABY SWEAT. Le premier spectacle a été sélectionné par Aerowaves, un réseau européen qui soutient les jeunes chorégraphes. Le deuxième spectacle a été sélectionné pour les NDD 2012 et pour Circuit X édition 2013 en Flandres.
En avril 2013 deux premières ont eu lieu. Premièrement Martens créa ensemble avec l’acteur et metteur-en-scène Peter Seynaeve un duet surprenant pour un garçon et un adulte, VICTOR, produit par CAMPO. Après il créa LA BETE, un solo pour la jeune actrice Joke Emmers, en coproduction avec La Briqueterie/CDC du Val-de-Marne. Peu après LA BETE a été combiné avec BIS, un solo pour la chorégraphe Truus Bronkhorst. Cette soirée composée est présentée sous le titre de DIALOGUE.

Un spectacle en coréalisation avec la Maison des Arts de Créteil, direction Didier Fusillier

Avec le soutien de  workspacebrussels & wp et le soutien financier des autorités flamandes  et Performing Arts Fund NL