Dans le cadre du Festival Concordan(s)e #11 - 2017

The spleen : Nous ne sommes pas tranquilles avec les malheurs du monde. Nos corps incorporent des toxiques. Ils grouillent, râlent, protestent et craquent. Nos symptômes chantent avec les humiliés. Nous avons pourtant l’intuition d’autres possibles où jouent les écosystèmes, les entrailles, les liens souples, les formes de vie, les escapades et les raccourcis.
Alors, imaginons une science : la spleenologie qui devrait autant à l’étude des ruses primitives qu’à la lecture de très anciens traités chinois. Une science qui serait à la fois une méthode archéologique, un art martial, une hypothèse thérapeutique. En usant des arts spleenétiques, nous ploierons et déplierons des voix, des corps, des aventures proches ou lointaines, des récits parallèles et méconnus, pour exsuder le spleen qui empoisonne nos existences.

The spleen : we are not at ease with the misfortunes of the world. Our bodies incorporate toxins. Let us imagine a science: spleenology, which owes as much to primitive ruses as it does to the reading of ancient Chinese treatises. By using the spleenic arts, we will yield and unfold voices, bodies, and adventures near and far, parallel and little known stories, to exude the spleen that poisons our existence.