Dans le cadre de Concordan(s)e #11  -  2017 

Je n'ai jamais eu envie de disparaître suit les trajectoires de deux corps, l’un empoté, malhabile, décalé, l’autre rigoureux, adroit, tendant vers une plus grande maîtrise des choses. Ces deux manières d’être au monde s’opposent, se croisent, se rejoignent, dans une lutte entre la tentation du chaos et le désir de l’ordonner.
On observe ces deux silhouettes sur scène, qui se cherchent, se battent, se trouvent, qui dansent, piétinent, tombent et se relèvent dans un furieux et délicat corps à corps.
Sous la forme de deux autoportraits éclatés, les deux protagonistes (qui n’en forment peut-être qu’un) racontent leurs parcours intimes et sociaux, portés tous deux par le désir d’être enfin en phase avec le temps et le monde, ce qui passera sans doute par une réappropriation de la sauvagerie en eux. Maud Le Pladec et Pierre Ducrozet proposent une autobiographie littéraire, chorégraphique et musicale des corps contemporains, brossée avec humour et élégance.

The festival Concordan(s)e commissions new productions that pair a choreographer with a writer who have not previously collaborated. The intersections of movement and the written word, as well as the fruits of the two artists’ creative exchange lead to unexpected discoveries. Here, an award-winning novelist and La Briqueterie’s associated artist join forces.