Après avoir chorégraphié et interprété quatre pièces, il était impératif pour Sylvain Huc de s'immerger radicalement dans son travail physique avant d'accompagner d'autres danseurs. Il crée son solo Lex - "loi" en latin - en 2019.
Loin de toute volonté de discours sur cette question « légale », c'est notre rapport intime à la loi que le chorégraphe interroge ici, à travers son propre corps. Une interrogation qui joue radicalement avec les limites physiques et les contrastes. Une lente progression, voire aspiration, traverse cette écriture du corps à la fois précise et abrupte, poétique et concrète.
Avec sa puissante physicalité, Lex mêle le crépusculaire et l'épidermique, le social et le biologique, le barbare et le civilisé.

France - 2019